RÉALISER UN PROJET DE CLASSE MONDIALE AU QUÉBEC

LA COOP FÉDÉRÉE ET OLYMEL ENGAGÉS À RÉALISER UN PROJET DE DÉVELOPPEMENT DURABLE AU TÉMISCAMINGUE

Les Fermes Boréales s’engagent au niveau du développement durable par ses fondements collectifs et corporatifs, par la préservation de l’environnement et des cours d’eau, par le respect du bien-être animal et par son investissement dans l’économie locale.

 .
 .
 .

ENVIRONNEMENT

Le projet des Fermes boréales respectera ou dépassera tous les règlements et normes applicables en matière de gestion du lisier et de protection des cours d’eau.

BIEN-ÊTRE ANIMAL

Les Fermes boréales répondront aux normes européennes de bien-être animal, grâce notamment à la stabulation libre des truies gestantes, à des cages de mise bas de plus grande dimension et à l’assurance d’un statut sanitaire très élevé garantissant des animaux en très bonne santé, ce qui permettra de ne pas utiliser d’antibiotiques de manière préventive.

ÉCONOMIE RÉGIONALE

Le projet des Fermes boréales sera réalisé, de la construction à la mise en exploitation en passant par les équipements, de manière à accroître les retombées pour l’économie locale et celle du Québec. Il entraînera notamment la création et la préservation de 50 emplois de qualité.

DIALOGUE AVEC LA COMMUNAUTÉ D’ACCUEIL

Au-delà du processus de consultation publique prévue par la Loi sur l’aménagement et l’urbanisme, les Fermes boréales s’engagent à offrir une information complète et transparente à la collectivité d’accueil, à impliquer les municipalités et les organismes locaux, et à maintenir un dialogue constructif afin d’assurer une cohabitation harmonieuse avec le voisinage.

PÉRENNITÉ DE LA FILIÈRE PORCINE QUÉBÉCOISE

Les Fermes boréales offriront à leurs propriétaires producteurs de porcs, à un coût concurrentiel (prix de revient), un approvisionnement en porcelets de qualité, en quantité suffisante, afin d’assurer la pérennité de l’industrie porcine au Québec.

COHABITATION

Les Fermes boréales appliqueront les meilleures pratiques quant à la gestion des odeurs, tant dans les fondements du projet, (en déterminant l’emplacement des installations en fonction des vents dominants) que dans l’exploitation des bâtiments (en mettant en place des haies brise-odeurs et en se dotant d’équipements d’épandage qui réduisent au maximum la propagation des odeurs).

MEILLEURES PRATIQUES D’ÉPANDAGE

L’épandage du lisier, sous la responsabilité de l’exploitante Olymel, sera réalisé à l’aide d’une rampe d’enfouissement direct, ce qui permet une importante réduction des odeurs, une diminution des risques d’érosion et de ruissellement dans les cours d’eau, une réduction considérable du transport du lisier sur route dans des citernes et une diminution de la compaction du sol par les équipements lourds.

Pour être informé sur le développement du projet, inscrivez-vous à notre infolettre.

M'INSCRIRE À L'INFOLETTRE