LES DERNIÈRES NOUVELLES

Restez informé à propos du projet

Les premières cochettes sont arrivées à Fugèreville

C’est le 3 février dernier que le bloc de saillie de la maternité collective des Fermes Boréales de Fugèreville a accueilli son premier groupe de 700 cochettes. Elles seront saillies et passeront les premières semaines de leur gestation dans cette section de la maternité. Elles seront ensuite transférées dans la section en stabulation libre, jusqu’au moment de la mise bas 115 jours après leur fécondation.

Les premiers porcelets, destinés à nos membres de la Filière porcine coopérative au Québec, devraient quitter notre ferme dans le courant de l’été. Rappelons que chaque maternité collective comptera 2360 truies et 10 verrats.

Avant d’être transférées dans notre première maternité collective, les truies avaient séjourné plusieurs semaines dans nos deux quarantaines de Laverlochère et Fugèreville pour des raisons de biosécurité. Il s’agit d’un transit obligatoire pour tous les animaux qui iront dans nos maternités collectives.

La construction de la section stabulation libre du site de Fugèreville sera terminée dans quelques semaines à temps pour accueillir ces cochettes qui y termineront leur gestation.

Des règles de biosécurité strictes

Désormais, le site de Fugèreville est assujetti à des normes de biosécurité très sévères. L’accès au terrain et à l’intérieur des bâtiments est strictement contrôlé. Ces mesures de protection sont nécessaires afin de protéger l’environnement de nos animaux de toutes contaminations externes potentielles. Dans notre production, tout visiteur est susceptible de transporter malgré lui des maladies qui pourraient compromettre la santé de nos troupeaux. C‘est pour cette raison que les visites sont limitées au strict minimum.

Nos employé(e)s doivent également suivre un protocole pour accéder à l’intérieur des fermes et pour en sortir. Ils doivent se dévêtir, prendre une douche, mettre des vêtements de travail qui restent en permanence dans la maternité et qui sont lavés sur place. Après une journée de travail, ils doivent faire le processus inverse, c’est-à-dire, enlever leurs vêtements, prendre une douche et remettre leurs vêtements pour retourner à la maison. Le déplacement des travailleurs entre les nos différents bâtiments est normé. Il en est de même pour les fournisseurs qui viennent à la ferme ainsi que les transporteurs.

L’éloignement du Témiscamingue est un atout important pour la biosécurité. L’assurance d’un statut sanitaire très élevé, avec des animaux en très bonne santé, nous permet de réduire l’utilisation d’antibiotiques, voire de tendre à leur non-utilisation ce dont nous sommes fiers.

IMG_20160204_144141

Le bloc de saillie est équipé de cages pour protéger les cochettes et ainsi favoriser l’implantation embryonnaire en début de gestation. Elles seront transférées dans quelques semaines dans la section en stabulation libre où elles y resteront jusqu’à la mise bas.

DOCUMENTS

Réponses au CREAT

Septembre 2015

Foire aux questions

Pour être informé sur le développement du projet, inscrivez-vous à notre infolettre.

M'INSCRIRE À L'INFOLETTRE